Emilio de Azevedo

Contenu

Emilio de Azevedo

Brésil

Emilio De Azevedo est né au Brésil (état de Goiás) et a grandi dans la périphérie de Goiânia, une jeune ville du centre du Brésil. À l’âge de 10 ans il émigre à Bruxelles avec sa famille où il suivra ses études à l’Institut national de radioélectricité et cinématographie (2005) puis à l’École de recherche graphique (2007) tout en remplissant des missions pour plusieurs magazines et en assistant différents photographe.

En 2009 il entame une carrière de digital assistant en photographie publicitaire à Londres. En parallèle de cette pratique de studio il travaille sur des travaux plus personnels en lien avec son pays d’origine.
En 2016, il intègre la Escuela Internacional Alcobendas PhotoEspaña, puis en 2018 l’École nationale supérieure de photographie de Arles, pour une résidence de deux ans sous la direction de Gilles Saussier, dans le cadre du programme de résidence internationale.   

Les travaux de Emilio De Azevedo ont été présentés dans le cadre de différentes expositions : "Confines" dans le cadre du Festival PhotoEspaña (2016), « Swav » à Bruxelles (2017), « Wip » aux Rencontres de la Photographie à Arles (2019), et « Usage du temps » à Paris, Berlin et Marseille (2019).
 

Maréchal Rondon - un inventaire du Brésil

Une enquête photographique sur l’impact écologique de la modernisation du Brésil

résidences photographiques 2020

Entre les années 1890 et 1930, le Brésil va connaître une transformation majeure de son territoire. Dans un élan modernisateur et nationaliste, impulsé par les idées positivistes venant d’Occident, l’État-nation brésilien confie au Maréchal Rondon la direction des « Comissão de Linhas Telegráficas » et « Comissão de Inspeção de Fronteiras ». Ces deux missions vont profondément bouleverser des régions qui étaient jusque-là de véritables terra incognita.

C’est sur les archives de ces deux expéditions, conservées au musée militaire du Forte de Copacabana que Emilio De Azevedo a débuté des recherches en octobre 2019. Sa nomination en tant que lauréat 2020 des Résidences photographiques est l’occasion de poursuivre ses recherches dans les archives des expéditions Rondo au Brésil et au sein même des collections du musée du quai Branly- Jacques Chirac, dépositaire d’un fond photographique de ces expéditions.

Loin de céder à la fascination nostalgique des vieilles images, l’objectif du photographe est de composer un corpus qui viendra alimenter un récit en marge de l’histoire officielle et qui donnera le hors-champ de cette modernisation, tout comme l’ensemble des photographies historiques écartées des archives officielles des expéditions Rondon pour leurs contenus jugés de mauvais goût ou même de racisme et que l’artiste a eu l’occasion de photographier lors de ses recherches en 2019. Un point de départ pour raconter autrement l’expérience de cette aventure glorifiée par l’historiographie nationale brésilienne.

Et c’est précisément à partir du hors champs historique de ces images exclues que Emilio De Azevedo souhaite poursuivre son projet d’investigation sur le terrain. Cette phase de son travail sera l’occasion de recenser les architectures, paysages et formes de vie ayant subsisté aux impératifs d’ordre et de progrès de la mission Rondon. Avec les photographies, documents topographiques et inventaires scientifiques de l’expédition en guise de principal itinéraire, le photographe prévoit de parcourir les états du Mato Grosso et Rondonia, la région Norte et les états de Roraima et Amapa à la recherche des traces de mutation du territoire brésilien.

"Tout l’enjeu de mon travail sera donc de donner à voir autrement ce territoire et les modes de vies qui le composent en faisant de la place aux réalités les plus discrètes, de sorte que mon récit intègrera non seulement la voix des amérindiens, mais aussi celle des non-humains, des microbes, des animaux, de l’eau, de la terre. L’écriture photographique que j’adopterai devra être capable de donner densité, intensité et présence à ce qui dans les images du Maréchal Rondon est resté « inaudible », oublié, inaperçu, hors champs, anecdotique."