Le 18 avril 2020

Michael Nicoll Yahgulanaas, un mangaka haïda

2020, année de la BD

Rencontre avec l’anthropologue Marie Mauzé, autrice de l'article "Un mangaka au pays haïda", autour du travail de l'artiste Michael Nicoll Yahgulanaas.

"L’appellation plutôt insolite « manga haïda » ne peut manquer d’intriguer. Inventée par l’artiste haïda Michael Nicoll Yahgulanaas, cette appellation définit une forme d’expression visuelle hybride qui permet à l’auteur non seulement de célébrer la mémoire culturelle des Haïda, leur rapport à la littérature orale et ses enseignements, leur lien consubstantiel au territoire, mais aussi de traiter des défis auxquels sont confrontés toutes les sociétés aujourd’hui, les conflits, les guerres, l’impact des activités humaines sur l’environnement et les changements climatiques, les relations interculturelles. Yahgulanaas ne limite pas sa réflexion à un domaine relevant strictement des questions autochtones. L’objectif est de montrer comment un élément graphique et stylistique appartenant aux cultures de la côte nord-ouest traduit matériellement la conviction inébranlable de l’auteur qu’au-delà des différences entre les modes de pensée autochtones et occidentales, les peuples quelle que soit leur origine peuvent s’unir autour d’interrogations communes. "